Archéologie littéraire : l’histoire révisée du Nèijīng

Le Nèijīng est le texte source incontesté de la médecine chinoise depuis plus de deux mille ans. Dans sa forme actuelle, le Nèijīng se compose de deux textes de base, Le classique interne de l’empereur jaune: Questions simples (黃帝內經素 Huángdì nèijīng sùwèn) et Le classique interne de l’empereur jaune: Le Pivot divin ( 黃帝內經靈樞 Huángdì nèijīng língshū).

Le Nèijīng n’est pas un manuel médical au sens courant et les tentatives de le lire comme tel, n’apportent généralement que des résultats limités. Il est préférable de le considérer comme une collection de textes et d’écrits médicaux dérivés d’une grande variété de sources différentes.  Jusqu’à ce qu’une édition définitive soit publiée sous la dynastie des Sòng du Nord (960-1127 EC), ces divers écrits ont subi un processus continu de réarrangement, de raffinement et de corrections, bien que leur contenu fondamental ait probablement été conservé.

Avec d’autres écrits philosophiques et scientifiques chinois précoces, tels que le Dào Dé jīng et le Yì jīng, le Nèijīng est un exemple de texte jīng (經). L’une des caractéristiques déterminantes des textes classiques jīng (經) est qu’ils ont la capacité de soutenir de nombreux points de vue différents, qui peuvent changer au fil du temps. Il n’est donc pas rare qu’un seul passage soutienne plusieurs points de vue parfaitement valides, qui coexistent souvent. Le résultat est que l’établissement de traductions définitives pour un passage donné reste méthodologiquement impossible.

Pour consulter la suite de cet article, veuillez souscrire à notre abonnement annuel.

Vous aurez accès à toutes les archives de ce blog et à du contenu exclusif (conférences zoom, cas de patients, ...)

Enregistrer un nouveau compte

Articles liés

Technique d’acupuncture de la famille Tung Ching Chang 董景昌 (Dǒng Jǐngchāng)

Je voudrais vous parler du livre “Technique d’acupuncture de la famille Tung Tung Ching chang 董景昌 (Dǒng Jǐngchāng)” écrit par Nicolas Berger.
Pour commencer cet ouvrage est remarquable à plus d’un titre. Il est d’abord très bien construit. Il présente un contenu pertinent et surtout fidèle aux ouvrages publiés en chinois et en anglais en 1968, 1972 et 1973, agrémenté de quelques réflexions personnelles sur lequel je reviendrai plus tard.

Réponses

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *