Accueil Forums Général L’acupuncture est-elle une médecine du “point” ?

  • L’acupuncture est-elle une médecine du “point” ?

     Jean-Sylvain updated Il y a 1 mois, 3 semaines 1 Member · 1 Article
  • Jean-Sylvain

    Administrateur
    janvier 9, 2024 à 1:49

    Pour restaurer une pratique authentique du point de vue historique, il faut souvent déconstruire des dogmes bien enracinés …

    Le Huangdi Neijing, ainsi que d’autres textes médicaux classiques, n’ont pas été écrits comme des traités de psychologie contemporaine, ou comme des ouvrages de poésie dans l’intention d’être lus à haute voix pour satisfaire l’oreille des auditeurs. Le Neijing a été écrit par des praticiens de manière à transmettre avec précision les détails techniques de leur pratique clinique aux générations futures.

    Dans les descriptions du Nèijīng, les cavernes (xué), que l’on appelle aujourd’hui « points », sont nommées d’après les caractéristiques ‘écologiques’ spécifiques des régions où elles se trouvent. Ces noms ne possèdent généralement pas de significations ésotériques (ou cachées) élaborées. Peut-être en raison d’une incompréhension fondamentale de la théorie médicale du Neijing, il est devenu pratique courante d’essayer de construire des approches théoriques de l’acupuncture basées sur des interprétations élaborées du symbolisme des noms des points et des concepts de la théorie de l’action des points. Ces tentatives sont souvent en contradiction directe avec la théorie médicale classique fondamentale.

    « 帝曰余已知氣穴之處遊鍼之居願聞孫絡谿⾕亦有所應乎 dì yuē yú yǐ zhī qì xué zhī chǔ yóu jìn zhī jū yuàn wén sūn luò xī gǔ yì yǒu suǒ yīng hū

    L’empereur jaune dit: Je connais déjà les emplacements des cavernes (xué) du qì où une action superficielle (yóu) à l’aiguille est appliquée. Je souhaite entendre parler des endroits où les collatéraux (sūnluò) et les ruisseaux et les vallées (xīgǔ) de la chair communiquent.

    歧伯曰孫絡三百六⼗五穴會亦以應⼀歲 qí bó yuē sūn luò sān bǎi liù shí wǔ xué huì yì yǐ yīng yī suì

    Qíbó dit : Les collatéraux petits-enfants (sūnluò) et les trois cent soixante-cinq cavernes (xué) du qì se réunissent et résonnent avec les jours de l’année.

    以溢奇邪以通榮衛 yǐ yì qí xié yǐ tōng róng wèi

    Ce sont des endroits où des agents pathogènes inhabituels (qíxié) peuvent résider et où les aspects nutritifs (róng) et défensifs (wèi) communiquent (tōng).

    榮衛稽留衛散榮溢氣竭⾎著 róng wèi jī liú wèi sàn róng yì qì jié xuè zhù

    Lorsque les aspects nutritifs (róng) et défensifs (wèi) ne communiquent pas, l’aspect défensif (wèi) se disperse, l’aspect nutritif (róng) déborde (yì), le qì s’épuise et le sang stagne.

    外為發熱 wài wéi fā rè

    A la surface, de la chaleur est émise (fā).

    內為少氣 nèi wéi shǎo qì

    À l’intérieur, le qì est diminué.

    疾寫無怠以通榮衛 jí xiě wú dài yǐ tōng róng wèi

    Pour traiter, drainez rapidement, agissez sans délai et restaurer la communication (tōng) entre les aspects nutritifs (róng) et défensifs (wèi).

    ⾒⽽寫之無問所會 jiàn ér xiě zhī wú wèn suǒ huì

    Observez et drainez là où vous trouvez la plus grande congestion sans vous soucier de la localisation des cavernes du qì.

    帝曰善 dì yuē shàn

    L’empereur jaune a dit: Bien.» Su Wen, chapitre 58

    L’acupuncture du Nèijīng se concentre principalement sur la circulation optimale des flux des rivières vasculaires et non sur les actions spécifiques de points d’acupuncture. Cependant, cela ne signifie pas que l’idée des points n’est pas importante dans le Nèijīng, mais plutôt que les points ont été conceptualisés et utilisés d’une manière différente.

    La conséquence directe de ce constat historique est que toutes les approches contemporaines sont déficientes lorsqu’elles traitent l’acupuncture comme une médecine du point. L’acupuncture originelle n’a jamais été une médecine du point avec fonctions et indications, c’est une dérive qui à malheureusement persistée et qui s’est malheureusement amplifiée au point de devenir au milieu du XXème siècle le dogme dominant.

    Il existe de nombreuses similitudes entre les techniques de poncture et de moxibustion décrites dans « Les biographies de Bian Que et Cang Gong », les méthodes de poncture du chapitre 7 du Ling Shu, le chapitre 63 du Suwen, « Discours sur la poncture controlatérale» et les textes de Laoguanshan. Les anciennes techniques de poncture conservées dans les rouleaux de Laoguanshan sont presque identiques à celles décrites dans le Lingshu. Avant la découverte de ces textes, les détails pratiques des techniques décrites dans le Lingshu étaient considérés comme perdus.

    Dans tous ces textes, le concept de points discrets ou de région de transport ne correspond pas à l’idée que nous nous en faisons dans la littérature contemporaine. Par exemple, lorsque Cang Gong traite le « jue chaud » (rejue熱蹶) de la nourrice de l’ancien roi de Qi Bei 濟北, le Shiji nous dit qu’il « poncture chacune des plantes [litt. cœur] de ses pieds sur trois sites différents.”

    Il est certain que les physiciens de la haute antiquité ne piquaient pas ce que nous considérons aujourd’hui comme des « points d’acupuncture » (shuque 腧穴).

    Les sites à traiter se trouvent le plus souvent près ou sur des « vaisseaux sanguins » et dans les « séparations de la chair ». La poncture des vaisseaux d’un canal est effectuée à des endroits où des changements structurels anormaux ou des mouvements pathologiques dans les vaisseaux peuvent être palpés avec les mains.

    Vous pouvez lire cet article pour en savoir plus sur la valeur de la notion de “point” dans le Nei Jing : https://www.jeansylvainprot12.com/quelle-est-la-valeur-attribuee-a-la-notion-de-point-dacupuncture-dans-le-nei-jing/

    Quelle est la valeur attribuée à la notion de point d’acupuncture dans le Nei Jing ?

Affichage des réponses 1 de 1

Log in to reply.

Original Post
0 sur 0 posts June 2018
Now