Accueil Forums Général Le cœur n'est pas une pompe Répondre à: Le cœur n'est pas une pompe

  • Jean-Sylvain

    Administrateur
    26 octobre 2021 à 7h17

    Bonjour Philippe, dans les traitements des pathologies cardiaques, je me base sur le chapitre 12 du Ling Shu.

    “Huangdi demanda : Pourquoi le Shaoyin de main n’a-t-il pas cinq points Shu?

    Qi Bo répondit : Le Cœur est l’empereur des 5 Zang 6 Fu, et le Shen y est stocké. L’organe est très fort et il ne peut pas être facilement attaqué par le Qi pathogène. Si le cœur est attaqué par le Qi pathogène et qu’il perd sa fonction de conservation du Shen, alors le patient mourra bientôt. Par conséquent, le Qi pathogène se rend toujours dans le péricarde lorsque le cœur est attaqué. Le canal du péricarde est apparenté au protecteur du Cœur. C’est pourquoi les cinq points Shu du cœur sont situés sur le shou jue yin et non sur le shou tai yin.” Ling Shu, chapitre 12

    輸 Shū – transfert; circuler; transmettre – est composé de ⾞ (chē) ‘vehicule’ et de 俞 (yú) ‘pirogue’.

    本輸Běn shū – régions de transport racines – les régions de transport Shū racines connectent la surface des régions distale aux rythmes respiratoires saisonniers des différents organes internes.

    Si on se réfère au chapitre 10 :

    « Si [ce canal] est affecté, on souffre de gorge sèche, douleur au cœur, soif et envie de boire, c’est Ie jue du bras. [Ce canal] gouverne les maladies provenant du cœur [telles que]: yeux jaunes, douleurs dans les côtés, douleurs sur le bord postero-médial du bras et de I ’avant-bras, [membres] glacés (jue), chaleur et douleur au milieu de la paume de main.

    En ce qui concerne ces maladies, s’il y a abondance, on disperse s’il y a vide, on tonifie, s’il y a chaleur, [on puncture] rapidement, s’il y a froid, on laisse I’ aiguille, s’il y a affaissement, on cautérise, s’il n’y a ni abondance ni vide, on traite par le méridien.

    En cas d’abondance, [le pouls] radial est trois fois plus grand que [le pouls] carotidien (renying) ; en cas de vide [le pouls] radial est au contraire plus petit que [le pouls] carotidien (renying). »

    En ce qui concerne le shou jue yin :

    “« Si [ce méridien] est affecte on souffre de chaleur au creux (xin) de la main, de contractures (luanji) au bras et au coude, de gonflement de I’ aisselle ; dans les cas graves, [on souffre] de plénitude (man) du thorax et des côtés comme si le thorax était maintenu par des étais, de violentes palpitations avec inquiétude, le visage est rouge, les yeux sont jaunes et on rit sans cesse. [Ce méridien] gouverne les maladies provenant des vaisseaux [telles que] : ennui (fanxin), douleur au cœur, chaleur de la paume de main.

    En ce qui concerne ces maladies, s’il y a abondance, on disperse s’il y a vide, on tonifie, s’il y a chaleur, [on poncture] rapidement, s’il y a froid, on laisse I’ aiguille, s’il y a affaissement, on cautérise, s’il n’y a ni abondance ni vide, on traite par le méridien.

    En cas d’abondance, [le pouls] radial est deux fois plus grand que le [pouls] carotidien (renying), en cas de vide [le pouls] radial est au contraire plus petit que le [pouls] carotidien. »

    Le chapitre 22 du Su Wen dit qu’il faut traiter les pathologies du coeur par les canaux shou shao yin et shou tai yang, alors que ces pathologies doivent être traitées par le shǒu jué yīn 手厥阴 selon Zhāng Jiè Bīn.