Accueil

Dans les traditions littéraires chinoises classiques, un texte Jīng (經 Jīng – motif axial; fil de chaîne; principe directeur; texte classique) est un ensemble d’écrits qui définissent les principes fondamentaux d’une tradition philosophique ou scientifique. Ces principes possèdent la puissance nécessaire pour alimenter des écoles de pensées, des traditions et permettre à chaque nouvelle génération d’innover. 

Le Huángdì nèijīng est un texte Jīng (經) qui définit les principes et permet d’alimenter la pratique de la médecine chinoise depuis plus de 2500 ans. 

Le Nèijīng n’est pas un livre au sens traditionnel du terme. Il est plutôt envisagé comme un recueil de textes et de fragments de texte, datant de la période des États belligérants à la dynastie Han (475 AEC-220 EC).

Ces textes sont rédigés par un certain nombre d’auteurs différents, pratiquant probablement dans différentes écoles, à une époque où ces pratiques sont répandues et largement documentées. Ces écrits sont détaillés, complexes et décrivent une vaste expérience clinique accumulée au fil du temps. De nombreux passages sont écrits comme une série de discussions entre l’Empereur Jaune et ses différents enseignants et ministres. Les textes ont été plusieurs fois réorganisés et modifiés, tout en conservant leur signification originelle, mais il est possible que ces connaissances aient été bouleversées au tout début de leur transmission.

Ces textes conservent cependant à la fois une fluidité latérale et horizontale jusqu’à ce que l’édition officielle de la dynastie des Sòng du Nord (960-1127) soit compilée. C’est l’édition actuellement utilisée. Elle est divisée en deux parties, chacune composée de 81 chapitres, dont plusieurs ont été perdus.

  • Classique interne de l’empereur jaune: les questions simples (黃帝內經素問 Huángdì nèijīng sùwèn)
  • Classique interne de l’empereur jaune: le pivot divin (黃帝內經靈樞 Huángdì nèijīng língshū)

Le caractère unifié de l’ensemble des pratiques de la médecine chinoise vient du fait qu’elles tirent toutes leurs principes et applications du huángdì nèijīng, de la même racine (本 Běn). Les théories, les principes, les concepts et les applications pratiques qui peuvent être reliés à cette source font partie de la tradition médicale chinoise. Ceux qui ne peuvent pas ne pas être reliés à cette source ne font pas partie de cette tradition.

Le Nèijīng présente une description complète des principes qui permettent de comprendre le fonctionnement de l’univers et la nature de notre existence. Il utilise ensuite ces principes pour décrire le fonctionnement du corps humain et une pratique globale, holistique, de la médecine, par analogies avec les phénomènes naturels. Il définit les théories, la terminologie, les fondements anatomiques et physiologiques de la médecine chinoise et de la pratique de l’acupuncture, mais aussi la base théorique de la phytothérapie, et bien plus encore.

Ces théories originelles diffèrent de façon significative des enseignements diffusés aujourd’hui.  Il n’y a que peu de praticiens qui soient réellement familier avec ces théories et encore moins qui savent comment les utiliser en pratique clinique.

Vos témoignages

La médecine du nèijīng est un système médical complet – microchirurgie (acupuncture), diététique, éducation des patients, conseils en hygiène de vie, thérapies diverses (p. ex. travail corporel, thérapies manuelles, moxibustion), pharmacopée … Elle vise à restaurer la circulation des flux dans les tissus, en utilisant comme modèle le cycle de l’eau dans la Nature.

La médecine du nèijīng permet de réconcilier les connaissances traditionnelles et scientifiques contemporaines. Retourner à cette source, cultiver la racine (本 Běn), est une nécessité pour assurer le renouvellement et conserver la vitalité de notre tradition médicale. Cultiver la racine (本 Běn) est différent de récolter le fruit …

Les textes médicaux classiques ont été composés dans un style littéraire appelé «wen yan wen» («langue parlée écrite» 文言 文) ou « gu han yu » (« ancienne langue Han » 古 漢語). Ces écrits sont caractérisés par un langage clairsemé, une ambiguïté textuelle, des constructions de langage symboliques, un compteur rythmique, des définitions multiples des caractères et spécifiques au contexte. Dans ce style littéraire, des caractères riches de sens sont utilisés pour transmettre de grandes quantités d’informations dans un minimum d’espace. Ces caractères sont ensuite organisés en textes cohérents par l’utilisation de marqueurs grammaticaux spécifiques.

Une partie importante du travail de recherche en médecine classique consiste à enquêter sur la signification, l’histoire et l’utilisation de ces caractères riches de sens. Ces structures linguistiques symboliques sont principalement de nature holographiqueDans le Neijing ce terme signifie que quel que soit le sujet traité (c’est-à-dire l’image utilisée), tous les passages du texte renvoient au modèle primordial du souffle universel.

Par exemple : Su 素 (dans Huangdi Neijing Su Wen 黃帝內經 素 問) est le plus souvent traduit par «simple» (d’où la traduction la plus fréquente « Classique interne de l’empereur jaune – Les questions simples »). Le caractère su 素 dépeint l’image d’un ver à soie suspendu à un mûrier. Dans le Neijing, le radical ‘soie’ est souvent utilisé pour transmettre le concept de cosmogénèse. Dans la nature, le ver à soie émerge d’un cocon et en déplaçant sa tête dans huit directions principales, tisse deux fils différents avec sa bouche. Dans une référence historique spécifique à l’empereur jaune, c’est Leizu, son épouse, qui aurait découvert la sériciculture (l’élevage du ver à soie qui est la chenille du Bombyx mori) lorsqu’un cocon serait accidentellement tombé dans sa tasse de thé (2070 – 1600 avant notre ère, avant la dynastie Xia). Toutes ces significations sont véhiculées simultanément par le caractère su 素.

Vu sous cet angle, une meilleure traduction du titre du Huangdi Neijing Suwen pourrait être «Le classique interne de l’empereur jaune: questions sur la cosmogonie de l’univers».

L’une des caractéristiques déterminantes des textes classiques jīng (經) est que, comme toute grande œuvre d’art, ils ont la capacité de soutenir de nombreux points de vue différents, qui peuvent évoluer au fil du temps. Dans les traditions littéraires chinoises, ces textes sont des écrits séminaux qui ont le potentiel de créer et de nourrir des traditions philosophiques et scientifiques entières, sur des générations.

Dans la traduction des textes du nèijīng, il n’est donc pas rare qu’un seul passage soutienne plusieurs points de vue valides, qui coexistent souvent. Le résultat est que l’établissement de traductions définitives pour un passage donné reste méthodologiquement impossible. Une vision plus réaliste de la traduction des textes classiques est que, pour un passage donné, une variété d’interprétations existe toujours, chacune étant plus ou moins fidèle à la langue source originale et au contexte historique, chacune offrant des points de vue uniques, et chacune étant plus ou moins efficace dans sa mise en pratique clinique. De cette façon, chaque traduction reflète les points de vue et les compréhensions personnels du traducteur.

Les meilleures pratiques de traduction exigent donc que chaque traducteur énonce clairement ses propres points de vue pour permettre au lecteur d’évaluer correctement son travail. Par exemple, ma propre compréhension du nèijīng est que, cette collection d’écrits scientifiques précoces, est basée sur des observations détaillées du monde naturel et qu’elle décrit les modèles invisibles des mouvements de l’espace-temps qui créent et gouvernent l’univers. À partir de ces observations scientifiques, les auteurs ont ensuite établi une pratique complète de la médecine.

Cela signifie que lorsque je suis confronté à un passage spécifique du texte, qui contient plusieurs significations possibles, je choisi généralement celle qui est cohérent avec mon point de vue. Une autre personne fera probablement des choix différents, qui peuvent également se révéler être totalement valides. Ce biais doit être clairement indiqué afin que l’étudiant puisse évaluer correctement les hypothèses de recherche de chacun.

En outre, toute méthode clinique spécifique qui découle d’un point de vue donné, reflète également ces biais. Ainsi, toute méthode clinique basée sur le nèijīng doit également identifier le ou les individus qui ont créé la méthode, ainsi que leurs points de vue sur la traduction, afin que cette méthode puisse être correctement évaluée par d’autres. Bien que l’impossibilité de créer une traduction, et donc une méthode, ‘absolument juste’ puisse, à première vue, sembler être une limitation, c’est en fait une force.

Dans les années 1980, de nombreux textes chinois anciens, y compris des textes médicaux, ont commencé à être saisis dans des bases de données informatiques. Ceci a permis de développer une approche entièrement nouvelle de la recherche sur les textes anciens, basée sur l’analyse des caractères dans différèrent contextes. Au cours des vingt dernières années, ces bases de données ont permis une réinterprétation majeure du texte du Nèijīng et des principes originaux de la médecine chinoise. Cette recherche a le potentiel de remodeler considérablement notre vision de la pratique de la médecine chinoise et possède de vastes implications pour l’ensemble de notre profession.

A chaque nouvelle définition, ou restauration d’un concept clé, nous passons par un processus de validation en répondant à une série de question :

  • Cette nouvelle définition est elle cohérente avec chacune de ses occurrences dans les différents passages du Nèijīng ?
  • Est-elle cohérente avec son usage dans d’autres textes chinois anciens?
  • Est-elle conforme à la culture, à l’histoire et à la langue de la Chine primitive?
  • Est-elle l’image de ou décrit-elle un processus connu du monde naturel ?
  • Et enfin, possède t’elle une pertinence et une applicabilité clinique ?

La première erreur courante dans l’étude des textes classiques est de croire que ces textes n’ont aucune valeur au regard des sciences modernes.

La deuxième, c’est étudier uniquement à partir de sources secondaires et/ou de traductions qui comportent la plupart du temps des dénominations incorrectes des fonctions, des rôles. Il est alors facile d’arriver à des conclusions prématurées.

L’étude des textes classiques est un processus continu de raffinement. Nous souhaitons apprendre de manière traditionnelle, en revisitant encore et encore des idées anciennes à travers un processus d’apprentissage circulaire et par une recherche active.

Nous souhaitons ouvrir un passage (通 Tōng) vers la lumière avec un esprit ouvert, étudier avec l’esprit de l’enfance , profiter du voyage et à apprendre à nommer les choses correctement (正名Zhèng míng – rectification des nom).

« 名不正則⾔不順 míng bù zhèng zé yán bù shùn
Lorsque les noms ne sont pas utilisés correctement, alors les mots ne décrivent pas la vraie nature des choses.

⾔不順則事不成 yán bù shùn zé shì bù chéng
Lorsque les mots ne décrivent pas la vraie nature des choses, alors les choses ne peuvent pas être conduites vers leur véritable but.

事不成則禮樂不興 shì bù chéng zé lǐ lè bù xīng
Lorsque les choses ne peuvent pas être accomplies dans leur but véritable, les rites et la musique ne peuvent prévaloir.

禮樂不興則刑罰不中 lǐ lè bù xīng zé xíng fá bù zhōng
Lorsque les rites et la musique ne peuvent prévaloir, les châtiments ne sont pas justes.

刑罰不中則民無所措⼿⾜ xíng fá bù zhōng zé mín wú suǒ cuò shǒu zú
Lorsque les châtiments ne sont pas justes, les gens n’ont aucun moyen de savoir comment agir.

故君⼦名之必可⾔也 gù jūn zǐ míng zhī bì kě yán yě
Par conséquent, le sage veille à ce que les noms qu’il utilise soient correctement utilisés, conformément à ses paroles

⾔之必可⾏也 yán zhī bì kě xíng yě
et que ses paroles soient alignées sur des actions appropriées.

君⼦於其⾔無所苟⽽已矣 jūn zǐ yú qí yán wú suǒ gǒu ér yǐ yǐ
Ce que le sage exige, c’est seulement ceci, que les mots ne soient pas utilisés avec négligence, c’est tout. » – Lúnyǔ 論語, Les Entretiens de Confucius

Pourquoi étudier le Nèijīng en 2023 ?

“Traiter un patient, c’est traiter un membre de notre famille, traiter notre famille, c’est traiter notre communauté, traiter notre communauté, c’est traiter notre monde.”

De nouveaux paradigmes médicaux dérivés des descriptions du Nèijīng, de l’anatomie, et de la physiopathologie, suggèrent que les tumeurs puissent surgir en réponse à des obstructions fixes situées dans les structures tridimensionnelles de biotenségrité des plans tissulaires, qui entravent la libre circulation du sang. Ces nouveaux paradigmes suggèrent que les tumeurs puissent être traitées en normalisant les flux vasculaires des tissus situés dans leur voisinage. Ces idées sont très prometteuses dans le traitement des cancers à un stade précoce et avancé, ainsi que dans la prévention de leur récurrence, grâce à des approches thérapeutiques novatrices et peu coûteuses.

Qu’est-ce qu’une pratique correspondant au ‘niveau de médecin’ dans le Nèijīng?

La pratique du niveau de médecin dans le Nèijīng, ou pratique de niveau supérieur, fait référence à la prise en charge de maladies simples à complexes, grâce à une compréhension approfondie des modèles causatifs profonds des maladies, découlant d’une compréhension des principes de base mis en œuvre par la nature et l’univers pour se manifester.

Une pratique de niveau inférieur fait référence à la prise en charge de maladies simples à complexes par le traitement de ce qui est visible et manifeste, en utilisant de façon brute, ou non subtile, la reconnaissance des formes.

 « 麤守形者守刺法也 shǒu xíng zhě shǒu cì fǎ yě
Le but de la voie grossière est de protéger la forme physique (xíng); ceci est la base de leur méthode de poncture …

上守機者知守氣也 shàng shǒu jī zhě zhī shǒu qì yě
Le but de la voie supérieure est de protéger les mécanismes critiques (); cette connaissance protège le » Ling Shu, chapitre 3

« 麤守形 shǒu xíng
Le but de la voie grossière est de protéger la forme physique (xíng).

上守神 shàng shǒu shén
Le but de la voie supérieure est de protéger shén» Ling Shu, chapitre 1

Le Huangdi Neijing peut être envisagé comme un traité sur la théorie de l’espace-temps appliquée à la médecine.

L’univers est animé par une infinité de cycles d’expansions et de contractions imbriquées dans un modèle fractal.

« Les objets fractals peuvent être envisagés comme des structures gigognes en tout point. »

Cette conception hologigogne (gigogne en tout point) des fractales implique une définition récursive : un objet fractal est un objet dont chaque élément est aussi un objet fractal (on parle d’auto-similarité).

Dans la science naturelle chinoise classique ce modèle de base auto-similaire ou holofractographique est le cycle d’expansion-contraction du souffle yin yang.

De nouveaux modèles dérivés des descriptions traditionnelles de l’anatomie, de la physiologie et de la pathologie faites dans le nèijīng suggèrent que des obstructions fixes dans les structures tridimensionnelles des plans tissulaires du corps, peuvent influencer directement l’expression de l’ADN présent dans le noyau cellulaire, ou favoriser l’apparition de tumeurs, en empêchant la circulation normale du sang dans les tissus.

La médecine du nèijīng est un système médical complet basé sur la description des modèles observés dans la nature. Son principe fondamental vise à restaurer les circulations naturelles des flux dans l’ensemble des structures anatomiques du corps. Cette étude consistera souvent à simplement renommer les choses correctement, à pratiquer la rectification des noms  ou 正名zhèng míng.

Les objectifs de la Formation Supérieure en
Acupuncture du Nei Jing

  • Restaurer le modèle et les principes originaux du système médicale du Huang Di Nei Jing

  • Acquérir une efficacité thérapeutique “supérieure” par la mise en application de ces principes fondamentaux et la réalisation de traitements à trois niveaux (Xing, Qi, Shen)

  • Construire une approche simple et pragmatique de la pratique clinique

  • Développer nos capacités supérieures latentes par la pratique du Nei Gong et du Yoga Taoïste, en pleine conscience

Cursus complet : 108 heures de cours en ligne + 27 sessions live sur zoom + 12 jours de stage clinique

Le cursus complet se compose d’une partie théorique en ligne et d’une partie pratique en 3 practicums (ou stages cliniques). Toute la partie théorique est accessible en ligne pour une durée de un à trois ans (en fonction de la formule choisie : théorie uniquement ou cursus complet).

Le rythme d’apprentissage est relativement soutenu :

  • Tout les vendredis, 3h de cours enregistrés, accompagnées de leur support détaillé au format pdf
  • Tout les mercredis, une session live de questions/réponses d’environ 1h sur zoom.  

Au total ce sont 108 heures de cours enregistrés a très haute valeur ajoutée et 27 sessions live d’accompagnement personnalisé qui vous permettront de faire un saut quantique dans votre compréhension des véritables thématiques de la médecine chinoise originelle.  Dès votre inscription, vous aurez accès à votre espace privé de elearning ( forums, chat, contenus exclusifs, … ).

Toute la partie pratique, y compris le travail subtil en zhineng qigong, est transmise en présentiel et en immersion complète, sous la forme de 3 “practicum” ou stages cliniques, de 4 jours, à l’abbaye de Valsaintes, un lieu atypique situé au cœur de la Haute Provence.

L’abbaye est bâtie sur un site considéré comme l’un des foyers de la civilisation et de la culture locale, qui remonte au paléolithique : divers matériels surprenants y ont été découverts ainsi que des vestiges d’un édifice gallo-romain, d’un castrum médiéval et d’un ancien sanctuaire celtique consacré au dieu solaire Bélénos, d’où le nom toponymique de Boulinette. Son jardin remarquable offre aux visiteurs un visage différent au fil des saisons. Son église est l’un des derniers vestiges de la 4ème abbaye cistercienne de Provence et possède une implantation géodésique, ainsi qu’une acoustique très particulière.  De belles vibrations vous attendent dans ce lieu exceptionnel, aux dates suivantes : 

  • 24-27 mars 2023
  • 20-23 juin 2023
  • 25-28 septembre 2023

C’est au cours de ces 3 rdv que nous pratiquerons les techniques de diagnostic et les méthodes de traitement décrites dans le Nei Jing et que vous aurez l’opportunité de développer votre perception subtile de la physiologie humaine.

Le cursus complet c’est donc plus de 135 heures de cours théorique et 12 jours de stage clinique intensif, en immersion complète dans un lieu exceptionnel. Il est cependant possible de ne s’inscrire qu’a la partie théorique en ligne.

NB : le nombre de places disponibles à chaque practicum est limité à 30 personnes. 

ATTENTION : il n'y a que 30 places disponibles pour le cursus complet !!! Ne tardez pas, commandez maintenant !!!

Acupuncture du Huang Di Nei Jing

Cursus complet
5400
3999 (inscriptions jusqu'au 31 décembre 2022)
  • 108 heures de cours en ligne
  • 27 heures de sessions Q&R en live sur zoom
  • Support de cours détaillé au format pdf
  • 3 stages cliniques (120 heures de cours)
  • Accès à votre espace privé de elearning
  • Accès aux groupes et forums privés dédiés
  • Possibilité de paiement en 3 ou 4 fois sans frais
  • Accès à des séances de coaching individuelles avec Jean-Sylvain Prot à tarif préférentiel
populaire

Acupuncture du Huang Di Nei Jing

Cursus théorique
3600
2800
  • 108 heures de cours en ligne
  • 27 heures de sessions Q&R en live sur zoom
  • Support de cours détaillé au format pdf
  • Accès à votre espace privé de elearning
  • Accès aux groupes et forums privés dédiés
  • Possibilité de paiement en 3 ou 4 fois sans frais
100% en ligne

Pré-requis : 3 ans de formation en médecine chinoise

Qui suis-je ?

Je suis agrégé de mathématiques, je pratique et enseigne le Yoga et les arts martiaux Coréens depuis 25 ans.

Je commence à m’intéresser à la Médecine Chinoise et au Qi Gong en 2001. Diplômé en MTC en 2006, je constate dans cette première transmission l’absence d’un modèle « universel » qui pourrait simplifier et rationaliser l’enseignement de la Médecine Chinoise. Ce constat découle de ma connaissance d’autres traditions spirituelles qui mettent en avant l’existence d’un tel modèle, sans toutefois l’expliciter.

Je pars alors à la recherche de cet hypothétique modèle dans de très nombreuses formations à travers le monde. Je commence à étudier le Yi Jing, d’abord sous un angle mathématique, puis symbolique, avant de me tourner vers l’astrologie médicale.

Ces approches numérologiques et astrologiques du Yi Jing seront, comme nous le verrons, déterminantes pour la suite de mon évolution.

J’étudie les bases de la théorie des méridiens avec le Dr Wang Ju Yi, l’acupuncture abdominale et les méthodes de chrono acupuncture classiques avec le Dr Zhang Yun, les méthodes d’équilibrage du Dr Tan, l’acupuncture de maitre Tung avec les Dr Young Wei-Chieh, Wang Chuan-Min et Robert Chu.

A cette époque, je pratique et enseigne le « méta-système » du Dr Chu, ou « Acupuncture Optimale » et traduit en 2017 son premier livre .

A ce stade, je n’ai toujours pas trouvé de réponse, de trace d’un quelconque modèle universel métaphysique. J’entends souvent comme réponse à mes questions, que ma quête est une illusion, que la métaphysique est une pseudo-science et que la médecine chinoise est, par essence, évolutive, qu’elle s’améliore, se raffine au cours du temps, grâce aux efforts des nombreux experts qui la pratiquent. Je suis pourtant intimement persuadé du contraire, c’est à dire que nous devrions plutôt chercher à restaurer la pratique ancestrale de la médecine chinoise, telle qu’elle fut pensée à son origine par ses créateurs.

Je décide donc de casser mon cadre habituel de référence et de m’affranchir des différents dogmes qui enferment ma réflexion. Je me fais confiance et commence à analyser le texte du Huang Di Nei Jing sous l’angle de ce que les anciens Grecs nommaient quadrivium, c’est-à-dire numérologie, géométrie, musique et astrologie.

Cette étude révèle la présence, au sein de la pensée médicale chinoise, de ce que je cherche depuis toujours : un « modèle cosmologique fracto-holographique résonnant universel ».

Enfin, c’est grâce à deux années d’études archéo-sinologiques passionnantes que je valide mes hypothèses et décide de les diffuser à travers une formation.

jsp

“Je suis avant tout un passionné de Médecine Chinoise, d’astrologie et de mathématiques.

C’est ma passion pour la recherche sur la pleine conscience qui motive ma démarche de thérapeute.

Pour moi la santé est bien plus qu’un corps physique fonctionnel, c’est d’abord un esprit sain dans un corps sain. 

Lorsque la matière est habitée par l’Esprit, nous contactons le Maître Intérieur et devenons alors le Créateur de notre vie.

Ma pratique est une pratique de chaque instant, elle révèle le pouvoir de l’instant présent, elle permet au corps et à l’esprit de s’exprimer pleinement, à l’individu de cheminer vers son plein potentiel.”

Références

  • Médecine Chinoise Classique (chuán tǒng zhēn fǎ 传统针法) : Huáng Dì Nèi Jīng Sù Wèn (黄帝内经素问), Huáng Dì Nèi Jīng Líng Shū (黄帝内经灵枢), Nàn jīng (难经), Zhēn Jiǔ Jiǎ Yǐ Jīng (针灸甲乙经), Shāng Hán Lùn (伤寒论), Fǔ Xíng Jué (輔行訣 ), Yīlǐ Zhēnchuán(醫理真傳) et Sisheng Xinyuan (四圣心源)
  • Acupuncture du Yi Jing du Dr Chen Chao
  • Acupuncture abdominale et ombilicale des Dr Yong Qi, Zhiyun Bo et Feng Ning Han
  • Acupuncture du Taiji du Dr Ge Qin-Fu (葛钦甫腹部太极六合针法)
  • Acupuncture de Maître Tung (d’après les enseignements des Dr Young Wei-Chieh et Wang Chuan-Min)
  • Acupuncture Optimale du Dr Robert Chu (représentant officiel de la méthode pour toute l’Europe)
  • Acupuncture coréenne et japonaise (Saam, M-Test)
  • Pulsologie classique ( Huangdi Bashiyi Nanjing 黃帝八十一難經) du Dr Igor Simonov
  • Chrono-acupuncture (Zi Wu Liu Zu, Ling Gui Ba Fa et Fei Teng Ba Fa)
  • Astrologie médicale (Zi Wei Dou Shu, Ba Zi Zi Ping)
  • Ostéopathie virtuelle, projection d’énergie et qi gong médical (yī qì gōng医气功) avec Pascal Peissel
  • Sonothérapie avec Emmanuel Comte
  • Numérologie avec Encarna Sanchez Vargas
  • Fascia thérapie avec Thomas Myers
  • Médecine du Nei Jing avec le Dr Ed Neal
  • Classical Medical Chinese Language, 1 Year Training with Deborah Woolf